• • Oneshot ~ Du bout des lèvres ♪

    C'était il y a un peu moins d'une semaine. Je rentrais chez moi après une longue soirée de travail, quand un de mes anciens petits amis a déboulé de nulle part... Il a profité de l'effet de surprise pour me coincer contre le mur derrière moi et a commencé à me tripoter et à me dire que je n'étais qu'une pute et que j'allais payer pour l'avoir largué... J'essayais de le repousser comme je le pouvais, mais il était bien plus fort que moi et ne faisait que se coller davantage à chaque fois que j'arrivais à le repousser très légèrement. Il a écarté mes jambes en pressant son genoux entre elles et a passé ses mains sous ma jupe, quand... Il est arrivé. Sur le coup, je n'ai pas tout de suite compris ce qu'il se passait. Mon ex a fait un drôle de bruit puis, me lâchant, s'est écrasé au sol. Ensuite, j'ai été agrippée par d'autres bras, bien plus tendres, dans un geste protecteur. Une voix que je ne connaissais pas lui a hurlé de déguerpir et de ne plus jamais m'approcher, ce qu'il s'est empressé de faire.

    J'ai repris mes esprits seulement quelques instants plus tard, et levé la tête vers mon sauveur. J'étais dans les bras d'un beau blond aux yeux bleus. Je rougis en m'en rendant compte et, rougissant à son tour, il cessa son étreinte.

    - Ca va, tu n'as rien ?
    - Non... Grâce à vous. Merci beaucoup !
    - De rien, c'est normal. Tu veux que je te raccompagne chez toi ?
    - Si... Si ça ne vous dérange pas...

    Je rougis à nouveau, un peu gênée d'accepter sa proposition. Il eut un petit rire et marcha à mes côtés jusqu'à ce qu'on arrive devant l'appartement où je vivais seule depuis le divorce de mes parents. Il allait repartir, mais sans trop savoir pourquoi, je le retins par le bras. Il se tourna vers moi avec un regard interrogateur. Je devais trouver une excuse plausible...

    - Euh... Tu ne m'as même pas dit ton prénom !
    - Ryo Shirogane. Et toi ?
    - ...Ah. Aujourd'hui, ... hmm, Shoko.

    Il me lança un drôle de regard.

    - Pourquoi "aujourd'hui" ?

    Je souris. Cette astuce, ça marchait à chaque fois. Je m'approchais de lui, agrippant et tirant légèrement le col de sa chemise pour le faire se pencher et, me mettant sur la pointe des pieds, posai mes lèvres sur les siennes. Il resta complètement figé, probablement sans trop savoir quoi faire. Après quelques secondes, je me détachai doucement de ses lèvres et désignai les miennes en lui faisait un clin d'oeil.

    - Je le change en fonction du goût de mon gloss
    - Oh...

    Il n'ajouta rien, probablement toujours un peu dans la lune à cause du baiser surprise. Il passa néanmoins très légèrement sa langue sur ses lèvres, comme pour vérifier ce que je disais.

    - Goût chocolat, donc Shoko... Je vois, murmura-t-il pour lui-même.
    - Oh, au fait... Qu'est-ce que je pourrais faire, pour te remercier de m'avoir sauvée ?

    Il me regarda quelques secondes puis eut un sourire amusé.

    - Si tu changes le goût de ton gloss tous les jours, ... eh bien, essaie de trouver lequel est mon préféré.
    - ...En quoi ça serait un remerciement ?, demandai-je, un peu perdue.
    - Ca n'en sera pas vraiment un. Mais ça sera amusant !

    Il me donna une carte de l'endroit où il travaillait pour que je puisse aller l'y voir. Le lendemain, je m'y rendis, un peu nerveuse. Je n'allais pas souvent de ce côté de la ville et j'avais un peu peur de me perdre, mais je finis par trouver... C'était un café tout rose, situé dans un parc. "Café Mew Mew", apparemment. J'entrai timidement et une serveuse en uniforme rouge m'accueillit et me proposa une table.

    - Oh, euh... Merci, mais je viens juste voir Ryo Shirogane... est-ce qu'il est ici ?

    Elle me regarda bizarrement et m'indiqua la 2ème porte à gauche, à l'étage, avant d'aller accueillir les clients suivants. Je m'y rendis et toquai à la porte. Il ouvrit, visiblement surpris de me voir, mais me fit entrer.

    - Alors, tu travailles dans... ce mignon petit café tout girly ?

    J'avais un peu de mal à me retenir de rire. Il faisait vraiment viril, alors le voir bosser dans ce genre d'endroit était vraiment inattendu.

    - En fait, je suis le patron, donc techniquement je ne travaille pas vraiment...
    - Oh...
    - Alors, quel prénom aujourd'hui ?
    - Haha, pour le savoir, il faut goûter !

    Il eut un sourire amusé, tout comme moi, puis se pencha vers mon visage. Il prit ma lèvre inférieure entre les siennes, la suçant délicatement. Mon coeur rata un ou deux battements, puis il se redressa, les yeux fermés, l'air penseur.

    - Goût Cerise ?, lança-t-il en ouvrant les yeux.
    - Yep. Cherry, répondis-je sans vraiment réussir à cacher mon amusement.
    - C'est mignon. En même temps, tu es mignonne...

    Sur le coup, j'ai senti mes joues s'enflammer et un sourire beaucoup trop grand se former sur mon visage.

    - C'est... ton parfum préféré ?, demandai-je.

    Il remua la tête de gauche à droite et mon sourire s'élargit un peu plus -apparemment, c'était possible-. Je revins le lendemain soir, mais il ne se trouvait pas au café. La serveuse en tenue bleue et à l'air plutôt hautain qui m'avait accueillie, du moins si on pouvait appeler ça un accueil, me dit qu'il était parti "vérifier quelque chose" dans le parc. Je me mis donc à le chercher, et le trouvai accroupi au bord du lac, avec deux-trois appareils qui ne me disaient rien.

    - Hey, fis-je en m'approchant de lui.
    - Hey ! Ca va ?
    - Hmm, oui, et toi ?
    - Ca va. Je finis d'analyser l'eau et je suis tout à toi, dit-il avec un clin d'oeil.
    - Tu es... scientifique ?, demandai-je, un peu curieuse.
    - Quelque chose comme ça.
    - Si je te pousse dans l'eau, là tout de suite, ça fait quoi ?

    Il n'eut pas le temps de tourner la tête vers moi avant que je ne le fasse basculer dans l'eau. C'était tellement tentant ! ... Ce qui était un peu moins drôle, c'était le réflexe qu'il avait eu de s'agripper à mon avant-bras pour tenter de ne pas tomber. Il était indéniablement plus lourd que moi, alors c'eut juste pour effet de m'entraîner dans sa chute. Heureusement, il avait fait chaud toute la journée et l'eau était tiède. Il se mit soudainement à rire en me regardant.

    - Quoi ?
    - Ton mascara est en train de couler, on dirait un panda...

    Il eut un autre éclat de rire. Je lui balançai de l'eau pour le faire arrêter. Je n'osais même pas imaginer quelle tête horrible je devais avoir... Il s'approcha de moi, et passa ses bras autour de ma taille, me forçant à être presque collée à lui.

    - Ne t'en fais pas, c'est mignon, un panda. Et puis, tu es sexy, avec les cheveux mouillés...

    Ses yeux bleus, rieurs, se plantèrent dans les miens. Il écarta une mèche qui passait sur ma joue, puis ses lèvres vinrent se poser sur les miennes. Il ne fit qu'y déposer un simple bisou, sans même que je n'aie le temps de comprendre ce qu'il venait de se passer, puis traça le contour de ma bouche avec sa langue.

    - Miel.
    - Honey, répondis-je presque automatiquement, reprenant mon souffle, qui m'avait été coupé.
    - Ce n'est toujours pas mon préféré... Mais ça aussi, c'est mignon.
    - C'est le but, me contentai-je de dire, la tête me tournant un peu. Tu... comptes me garder longtemps dans tes bras ?
    - Ca ne te plaît pas ?, demanda-t-il en me faisant un sourire adorable.
    - S-si, évidemment !, bafouillai-je. Enfin, je veux dire, ça ne me déplaît pas... enfin... c'est juste que... je dois aller travailler dans une heure, et avant ça je vais devoir passer chez moi pour me changer et me remaquiller, donc...

    Il parut surpris et me lâcha. Je rejoins le bord du lac et il m'aida à me hisser sur le rebord du trottoir. Une fois montée, je lui tendis la main pour l'aider à mon tour et, si je n'avais pas eu le réflexe de m'accrocher à l'un des petits poteaux qui se trouvaient à côté de moi, je serais probablement retombée à l'eau. Une fois sorti, il secoua la tête comme un animal pour se sécher les cheveux, m'arrosant une nouvelle fois. Je ne pus m'empêcher de rire en le voyant faire.

    - On dirait un petit chien !
    - Ou un chat, répondit-il avec un nouveau clin d'oeil. Au fait, où est-ce que tu travailles ? Je pourrais peut-être passer t'y prendre quand tu auras fini ?

    Je lui lançai un regard un peu surpris, et il se justifia immédiatement.

    - Enfin, c'est pas que je veuille être collant, mais... si tu dois commencer dans une heure, j'imagine que tu finiras tard, et si on tente à nouveau de t'agresser, ... enfin, tu vois ?
    - Oui, je vois... Mais ça ira, ne t'en fais pas ! Je ne finirai pas tard aujourd'hui.

    Je lui fis un petit sourire, ignorant complètement sa première question, mais il n'insista pas pour en connaitre la réponse. C'était un petit mensonge de dire que je ne finirais pas tard, mais je n'avais pas spécialement envie qu'il sache où je travaillais...

    Le chemin pour rentrer ce soir-là me parut plus long que d'habitude, probablement à cause de la fatigue, mais se déroula sans problèmes... heureusement.

    Le lendemain, je me sentais plutôt mal. J'avais des frissons dans tout le corps, et un peu de fièvre, alors je préférai ne pas sortir... surtout si c'était pour aller lui refiler mes microbes en l'embrassant. J'aurais d'autres occasions de trouver son parfum favori. J'appelai également le boulot pour dire que je ne pourrais pas y aller ce soir-là, puis me recouchai simplement avec un paquets de bonbons devant une de mes séries préférées. Je dus finir par m'endormir en la regardant, car la sonnerie de l'interphone me réveilla. Je me débattis avec ma couette pour réussir à sortir de mon lit rapidement et allai répondre.

    - Oui ?
    - Euh... Honey ? C'est Ryo.

    Je me figeai. Pourquoi est-ce qu'il sonnait en bas de chez moi ? Comment savait-il lequel des appartements de l'interphone était le mien ? Et surtout... pourquoi est-ce que je ne m'étais pas coiffée et maquillée au lieu de m'endormir, bon sang ?! Je commençais à paniquer intérieurement...

    - ... Allô ? Je me suis trompé d'appartement ?
    - Non... non, c'est bien moi. Je... Je t'ouvre, dis-je, appuyant sur le bouton donnant l'accès au hall d'entrée et raccrochant l'interphone.

    Je sautai littéralement sur ma brosse à cheveux et sur mon mascara, histoire d'avoir l'air un minimum potable, mais n'eut finalement même pas le temps de finir de me brosser les cheveux avant qu'il ne toque à la porte. J'ouvris, la brosse toujours coincée dans un énorme noeud, le nez rouge et les yeux cernés... un spectacle probablement plutôt effrayant, parce qu'il se mit à s'inquiéter.

    - Ca ne va pas ? Tu es tombée malade ?
    - Ou... oui... Rien de grave, juste un petit rhume, mais j'ai préféré rester chez moi pour aujourd'hui, fis-je en détournant le regard. Comment tu as su à quel appartement sonner ?
    - Je t'ai décrite à une de tes voisines qui rentrait chez elle et elle m'a dit de sonner à celui où il n'y avait pas de nom...
    - Oh, d'accord. Tu veux boire quelque chose ?, demandai-je, m'enfuyant vers la cuisine.

    Il m'attrapa la main et m'attira doucement vers lui, me forçant à lui faire face, puis, prenant mon menton entre deux doigts, me força à le regarder.

    - Hey... Tu es sûre que tout va bien ? Tu as eu des ennuis hier en rentrant ? Ou tu n'avais peut-être pas envie de me voir ?
    - Non ! Non... tout va bien, et j'avais envie de te voir ! ... Mais juste... pas... comme ça.
    - Pas comme...?, répéta-t-il, réfléchissant. Oh. Pas "sans maquillage et les cheveux défaits", tu veux dire ?

    Je hochai la tête et, après quelques secondes de silence complet, il explosa de rire. Je lui lançai un regard furieux; pour moi, c'était important et ça n'avait rien de drôle ! Le remarquant, il se calma du mieux qu'il put.

    - Désolé, c'est juste que... très franchement, tu es plus jolie les cheveux défaits et sans maquillage que quand tu es en mode panda comme hier, donc je trouve ça drôle que ça te dérange davantage aujourd'hui...

    Ne sachant pas trop quoi répondre, je lui proposai de s'asseoir pendant que je nous servais à boire.

    - C'est gentil, mais je ne reste pas. Je voulais juste m'assurer que tu allais bien. Et puisque ça semble être le cas, à part tes petits soucis esthétiques, je vais te laisser te reposer. Oh, mais avant, bien sûr...

    Il se pencha pour m'embrasser, et je me reculai dès que l'information disant "ses lèvres sont sur les miennes" fut montée au cerveau. Il haussa un sourcil.

    - Je... n'ai pas mis de gloss, aujourd'hui, dis-je, probablement rouge jusqu'aux oreilles.
    - Vraiment ? Ca avait un goût... plutôt sucré. J'aime bien. Même si ce n'est toujours pas mon préféré.
    - Ah, ça doit venir des bonbons que j'ai mangés tout à l'heure, je suppose.
    - Tu me fais goûter ?
    - Bien sûr, répondis-je en me dirigeant vers mon lit pour prendre le paquet.

    Il m'y rejoignit en rigolant, se collant à mon dos et m'enlaçant au niveau des hanches.

    - Non, pas comme ça...

    Je tournai la tête vers lui par-dessus mon épaule pour lui demander ce qu'il entendait par là, et il m'embrassa à nouveau. « Oh... » fut tout ce que mon cerveau fut capable de penser en comprenant ce qu'il avait voulu dire. Je me tournai complètement vers lui, sans quitter ses bras, et plaçai mes mains contre son torse musclé, lui rendant son baiser. Ses mains se mirent à caresser tendrement mon dos... avant de monter de plus en plus, passant sur mes côtes, puis jusqu'à ma poitrine. Lorsque ses doigts y arrivèrent, je ne pus m'empêcher de pousser un petit gémissement étouffé par notre baiser, et il se tendit immédiatement, séparant ses lèvres des miennes et s'écartant un peu. Il se racla la gorge, évitant de me regarder, et j'aurais juré voir une teinte rosâtre sur ses pommettes.

    - Désolé... Je ferais mieux d'y aller. A demain, j'espère.

    Joignant le geste à la parole, il se hâta vers la porte et s'en alla, me laissant... malade, à bout de souffle, toute rouge et terriblement confuse. Le mal de tête qui me menaçait depuis ce matin choisit ce moment pour me prendre d'assaut et, ne voulant pas l'empirer, je me contentai de me recoucher avec mes bonbons en remettant ma série à l'épisode où je m'étais arrêtée, tentant vainement de ne plus penser à ce qui avait failli se passer.

    Le lendemain, j'allais mieux, donc je décidai d'aller voir Ryo et, puisque ce qui s'était presque passé hier avait semblé le troubler, je décidai que j'allais simplement faire comme si de rien n'était. Lorsque j'arrivai au café, une petite serveuse blonde qui me semblait un peu trop jeune pour travailler vint m'accueillir et, sans que je n'aie à le demande, elle m'indiqua Ryo du doigt. Il était à l'autre bout de la salle et semblait surveiller le travail de ses employées. Enfin, d'après ce que je pouvais voir, il surveillait surtout celle qui était habillée en rouge. Je me dirigeai vers lui avec un sourire que j'espérai naturel, mais il parut tout de même gêné en me voyant.

    - Hey..., fit-il timidement.
    - Hey~, répondis-je en exagérant un peu mon air joyeux pour compenser son manque d'enthousiasme. J'espère que je ne t'ai pas refilé mes microbes, hier ?
    - Euh... non, je ne pense pas...

    Il semblait décontenancé par ma façon d'agir, mais je remarquai qu'il s'était un peu détendu, alors tant mieux.

    - Je suis presque sûre d'avoir le bon goût, aujourd'hui, fis-je d'un air toujours exagérément enthousiaste.

    Il me fit un sourire sournois avant de quitter le mur contre lequel il était adossé et de se diriger vers une porte à double battant, façon "saloon de western". Je le suivis et me retrouvai avec lui dans la cuisine. Il y avait là un jeune homme, qui semblait plus vieux que Ryo, brun avec de longs cheveux, qui décorait des pâtisseries tout en s'attelant à préparer davantage de pâte. En voyant que je le regardais, il me fit un petit sourire que je lui rendis, avant que Ryo ne me force à reporter mon attention sur lui en caressant ma joue. Il avait l'air un peu plus froid que d'habitude, ... peut-être un peu jaloux ? Cette idée me fit rire, et je me mis sur la pointe des pieds pour planter un baiser sur ses lèvres. Il passa un bras dans le bas de mon dos pour m'attirer vers lui et se pencha en avant, me faisant me pencher un peu vers l'arrière, comme pour me dominer. Je passai mes bras autour de son cou par réflexe, même si, mon dos touchant un plan de travail vide, je ne risquais pas vraiment de tomber. Il passa sa langue sur mes lèvres, probablement pour approfondir notre baiser, et se recula au moment où je lui donnais l'accès à ma bouche. Il me regarda d'un air surpris, puis se mit à rire. Je devais être, une fois de plus, aussi rouge qu'une tomate...

    - Tu as raison, c'est mon parfum préféré, dit-il avec un grand sourire.
    - Ce qui veut dire... que notre petit jeu est fini ?, demandai-je.
    - Il semblerait. Tu ne me dois plus rien pour t'avoir sauvée...

    Son sourire perdit de son éclat, et devint même un peu triste. Ma tête ne devait pas être beaucoup plus joyeuse parce qu'il me demanda si j'allais bien.

    - Oui, ça va. Juste un peu... déçue, que ce soit déjà fini. J'aurais apprécié te connaitre un peu mieux, fis-je.
    - Eh bien... rien ne nous empêche de nous revoir, répondit-il. Ca te dirait de venir dîner ici avec moi, demain soir ? Je ne sais cuisiner que deux plats différents, mais je les fais à la perfection...
    - Oui. Evidemment, que ça me dirait !, répondis-je en riant.
    - Dans ce cas, je te dis à demain soir, chuchota-t-il avant de m'embrasser sur le nez.

    Et me voilà, assise à la seule table qu'il reste dans la salle, ornée d'une jolie nappe rouge foncée, décorée de bougies et de fleurs, façon "restaurant chic"... impatiente, mais surtout morte de peur. J'étais arrivée quelques heures en avance et, pour une fois, au lieu d'aller le voir, je m'étais assise à une table et avait commandé deux-trois boissons pour passer le temps. Je l'avais regardé, adossé au même mur qu'hier, et regardant constamment la même fille qu'hier. Celle en uniforme rouge... J'avais une boule au ventre horrible à cause de ça. Je veux dire, quel genre de gars passerait trois heures à fixer une fille si ce n'est pas parce qu'il l'aime ? Cette idée me rendait presque malade... Pour la toute première fois de ma vie, j'étais jalouse d'une autre fille...

    Ryo revint de la cuisine avec deux assiettes de pâtes carbonara. Je commençai à manger et, voyant qu'il me dévisageait d'un air inquiet, je lui lançai un regard interrogateur.

    - ...C'est bon ?, demanda-t-il en se mordant la lèvre inférieure.
    - Oh, euh, oui !, répondis-je en lui faisant un petit sourire.
    - Tu es sûre ? Si je les ai ratées, je peux appeler un traiteur et-
    - Je te dis que c'est bon, répétai-je d'un air plus sûr de moi. Goûte, tu verras !

    Il finit par reconnaître que c'était "mangeable", et la suite du repas se passa dans le calme. Mon noeud à l'estomac était toujours présent, et il n'avait pas l'air beaucoup plus à l'aise que moi... Je finis par me décider à lui poser la question.

    - Dis... est-ce que cette serveuse en rouge te plaît ?

    Il me regarda comme si j'étais une extraterrestre, lâchant sa fourchette sous la surprise. Je sentais déjà les larmes me monter aux yeux, quand il me répondit.

    - Non, bien sûr que non ! Pourquoi tu penses ça ?
    - Parce que... tu as passé toute la soirée à la regarder non-stop, alors...
    - Oh. C'est juste que Berry a commencé le jour de notre rencontre, donc je dois vérifier si elle s'en sort bien ou non avec les clients.

    Je sentis tout mon corps se détendre, et une sensation de soulagement m'envahir. Mais ce fut d'assez courte durée...

    - Donc... ça veut dire que tu m'as regardé non-stop aussi ?, demanda-t-il, un sourire amusé aux lèvres.

    Mes joues s'enflammèrent immédiatement et je détournai le regard. Il se mit à rire et, se levant de sa chaise pour venir à côté de moi, se pencha pour m'embrasser. Je fus un peu surprise, ...enfin, plus qu'un peu, en fait, mais une fois l'effet de surprise passé, je lui rendis son baiser. Il me regarda dans les yeux, et j'aurais pu me perdre dans les siens. Je réalisai que ses lèvres avaient bougé et qu'il attendait que je lui réponde, mais son regard m'avait tellement absorbée que je n'avais même pas entendu la question.

    - ...Quoi ?, demandai-je bêtement.

    Il devint rouge pivoine, râlant parce que je le forçais à le répéter une seconde fois alors qu'il "ne voulait dire cette phrase qu'une fois dans sa vie"... Mais il la répéta tout de même.

    - Je t'aime. Est-ce que tu veux bien sortir avec moi ?

    Ma mâchoire ne voulant tenir fermée, je restai simplement bouche-bée, tentant de comprendre ce qu'il me demandait. Il voulait... que je sois sa petite amie ?

    - Oui, finis-je par réussir à dire, tout doucement. Oui !, répétai-je un peu plus fort.

    Je me levai pour lui sauter au cou et l'embrasser. Il me rendit mon baiser et me serra très fort dans ses bras. Lorsque nos lèvres se séparèrent, on ne put s'empêcher de rire tous les deux comme des idiots, le bonheur nous montant probablement un peu trop au cerveau. Il s'arrêta soudain de rire et prit un air un peu plus sérieux.

    - Au fait... pourquoi étais-tu si sûre que ce serait mon parfum préféré, hier ?
    - Hmm, parce que c'est le fruit dont je porte le prénom, répondis-je avec un sourire amusé.
    - Tu t'appelles Fraise ?, demanda-t-il, surpris.
    - Noon, idiot !, dis-je en le frappant gentiment sur le torse. Ichigo.
    - Ichigo... De tous ceux que tu m'as cités, c'est ce prénom-là le plus mignon, dit-il avant de m'embrasser une nouvelle fois.

    • Oneshot ~ Du bout des lèvres ♪

    Voici voilà un petit oneshot dont j'ai eu l'idée... en constatant qu'après avoir mangé des fraises au sucre, mes lèvres avaient un goût sucré. Comme quoi il en faut peu xD

    Avouez, vous avez eu peur que ce ne soit pas Ichigo ? :p Au départ, j'avais commencé à mettre sa couleur partout, et arrivée vers la fin je me suis rappelée que "meeerde, je devais faire genre c'est pas elle !" donc j'ai touuuut rechangé :'D

    N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! Si le style d'écriture changer en cours de route, c'est parce que je l'avais débuté fin juillet et que je viens de le finir~


  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Août 2014 à 01:11

    J'adore comme toujours >.<

    2
    Mercredi 13 Août 2014 à 01:45

    J'adore *w* Je pensais pas que c'était Ichigo, bonne surprise >w< Surtout avec "la serveuse en rouge" avant qu'il dise "Berry" j'pensais que c'était Ichigo >w<bref, très bon OS ~

    3
    Mercredi 13 Août 2014 à 01:46

    Quand j'ai vu les couleurs j'ai toute de suite penser: "Hein ? RyoxPudding ? Ca fait pas un peu pédophile ?" xD.

    Dans la phrase "C'est juste que Berry a commencé le jouer de notre rencontre, donc je dois vérifier si elle s'en sort bien ou non avec les clients."

    Est-ce-que c'est "Commencé le jour" ? J'ai relu la phrase 20 fois avant de me rendre compte que c'était peut-être jour x).

    Sinon j'aime beaucoup, comme d'hab' !

    4
    Mercredi 13 Août 2014 à 02:19

    Ah oui, en effet, c'est "jour", je vais changer ça tout de suite... xD

    Sinon, merci pour vos commentaires ♥ Contente de voir que mon plan diabolique pour vous faire croire que ce n'était pas Ichigo a marché, bwahaha ! :3

    5
    Vendredi 15 Août 2014 à 00:12

    Wow, c'est trop cute ~ *o*
    Même si je continue de trouver ça bizarre d'embrasser quelqu'un qu'on rencontre pour la première fois, même si c'est pour le remercier et qu'il lui plaît xD

    Sinon "alors le voir bosser ce genre d'endroit" T'as oublié un mot :P

    Le "Honey" m'a trop fait penser à Kisshu xD

    Sinon aussi pour le style d'écriture, perso, je l'ai pas remarqué s'il y en avait un, donc ça va  ^^

    Je dis un peu les choses dans le désordre (xD) mais le "pâtes carbo" m'a fait rire n'empêche :'). Il est japonais et à vécu en Amérique, mais il ne sait faire qu'un plat italien et un autre dont on ne sait pas ce que c'est xD. Remarque, des hamburgers pour un dîner romantique, c'est pas le top '___' :')

    6
    Vendredi 15 Août 2014 à 02:14

    Ben je suis Belge et je sais pas faire de frites donc bon, ça veut rien dire ! xD (Par contre les pâtes carbo je sais parce que c'est mon plat préféré >w<) On n'a qu'à dire que comme il est riche et qu'il a un Keiichiro de compagnie, il a pas besoin de savoir cuisiner, mais que comme c'est aussi son plat préféré il sait quand même cuisiner ça pour quand il est tout seul :D

    Et l'autre plat, c'eeeeeeest......... Euuuuuh.... Jesépa, on verra ça dans une autre histoire ! x')

    Pour le fait de l'embrasser direct, c'vrai que c'est bizarre. En fait je voulais inclure son boulot (à Ichigo) quelque part mais finalement j'ai pas trouvé d'endroit où le mettre; elle travaille dans un bar à hôtesses, donc pour elle c'est un peu plus "normal" que pour la plupart des filles, même si les hôtesses n'embrassent pas nécessairement les clients... '-' (Puis franchement, c'est Ryo quoi, c'pas comme si elle embrassait un laideron qui pue, on peut se douter un peu de la raison; il lui plait...! Coup de foudre, tousatousa~ .3.)

    Et merci de m'avoir fait remarquer le mot manquant xD

    7
    Vendredi 15 Août 2014 à 07:51

    Ouais 'fin quand même, on est en Europe donc c'est déjà un peu plus normal qu'on sache faire des plats italiens, d'ailleurs les pâtes bolo, c'est ma spécialité :') Par contre, je ne sais pas faire d'escargots xD (Beuuuurk +o( )

    N'empêche, "un Keiichiro de compagnie", j'adore xD

    C'est bien ce que je me disais pour son boulot, mais j'me rappelais plus du nom xD. Mais en excluant son boulot, tu embrasserais un mec que tu rencontres pour la première fois pour qui tu as un coup de foudre ? (Et on exclue Kisshu, même si tu parvenais à le voir en vrai, tu le connais déjà xD)

    8
    Vendredi 15 Août 2014 à 08:08

    On exclut aussi Ryo et Emma ? .3.

    Sinon franchement, si un mec me sauve alors que je suis sur le point de me faire violer, disons que je pense que mon cerveau pourrait être suffisamment en bordel pour réagir de façon très bizarre, et que je pourrais exprimer ma reconnaissance d'une façon complètement impossible dans une situation différente. Pas forcément en embrassant le gars en question cela dit, mais, va savoir xD

    Et puiiiis, Ichigo n'est pas aussi "coincée" que moi niveau bisous & co, en plus, donc bon... c'pas super comparable '-' Même si je venais à me marier j'embrasserais pas forcément le gars en question (toujours en excluant Kisshu, Ryo et Emma) donc bon :'D

    Et sinon le fait d'être en Europe ou en Chine n'a pas vraiment de rapport avec ce qu'on sait ou non cuisiner, je pense... En général les gens qui cuisinent très peu savent cuisiner les plats qu'ils préfèrent, c'tout~ :3 Puis il est riche donc va savoir s'il a pas passé quelques années en Italie entre les USA et le Japon x)

    9
    Vendredi 15 Août 2014 à 09:00

    Ryo et Emma exclus aussi xD

    Ouais ben pas moi :'). Être reconnaissante, ok, mais pas comme ça xD.

    Elle est pas coincée mais c'est pas une allumeuse pour autant xD Sinon elle aurait embrasser Ahoyama beaucoup plus tôt et Ryo et Kisshu quand elle commençait à avoir des sentiments pour eux :'). Remarque, ç'aurait été bien, fufu~ (Pour R et K, bien sûr, pas pour l'autre Aho xD)

    Ben ouais mais déjà, je vois très mal un mec milliardaire comme Ryo se faire la cuisine, même juste pour un ou deux plats :')
    Ben oui ! Allons-y ! Réinventons sa vie, lol :'DD
    Après l'Italie, il est allé en Allemagne nazie (sisi, il est très vieux le Shirogane xD) où il n'a eu aucune difficulté à visiter grâce à son physique type "race aryenne". Puis il est allé en Russie où il a participé au dernier bal de la famille du Tsar xD (je dois aller me recoucher, lol :'))

    10
    Vendredi 15 Août 2014 à 09:05

    Ben écoute, dans ce oneshot le projet mew n'a jamais eu lieu, les parents d'Ichigo sont séparés, elle vit seule, et elle et les autres mew etc se sont jamais rencontrées, donc, j'vois clairement pas pourquoi Ryo n'aurait pas pu aller en Italie et ne pourrait pas cuisiner deux plats, hein... xD

    11
    Vendredi 15 Août 2014 à 09:05

    (PS : Remarque au passage que j'ai confondu les deux périodes de guerre mondiale xDD)

    Ouais, aussi lol :')

    12
    Vendredi 15 Août 2014 à 09:41
    Super histoire ! (Ça me rassure, je ne suis pas la seule a être surprise par le fait que "la serveuse rouge" c'est Berry xD)
    13
    Vendredi 15 Août 2014 à 20:54

    Ah ben vu qu'Ichigo n'y travaille pas, ... et que je voulais vous faire croire que ce n'était pas elle qui était narratrice... xD

    14
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 20:19

    Mhaaan j'avais oublié cette fic (et du coup j'ai encore eu la surprise "Oh c'est Ichigo en fait xD") elle est trop chouuuue ♥

    *la fille qui va s'extasier devant chacune de tes fics qu'elle relit xD*

    15
    Lundi 30 Novembre 2015 à 00:23

    Ahah, et ben encore une fois merci :D Contente que tu continues à les apprécier même après la première lecture ♥

    Et du coup, petit secret héhé, le chapitre 3 de My idiot little kitten, qui sera trèèès long, arrivera sûrement demain !! °3° (Des fois que ça t'intéresserait de le savoir xD)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :